Le rôle de l’expérience romaine dans l’art de Constant Montald, entre engagement et idéalisme.

Constant Montald, Portrait de Zo d'Axa, 1889, coll. pr..jpg

Relazioni di viaggio. Artisti belgi a Roma e in Italia nell’ottocento

Academia Belgica, Roma, 16-17 Juin 2016

Le rôle de l’expérience romaine dans l’art de Constant Montald, entre engagement et idéalisme

Laura Fanti (Université Libre de Bruxelles)

«Le grand art», «Le grand style», c’est ce que la jury du Prix de Rome requérait en 1883 en réaction aux nombreux envois aux sujets ‘populaires’ et ‘quotidiens’ des pensionnaires belges. Plutôt que prendre cette invitation comme un reproche ou une limite, le gantois Constant Montald (1862-1944), Prix de Rome 1886, le conçoit comme un enjeu pour améliorer sa formation, pour se confronter avec l’art ancien et pour trouver sa voie personnelle entre un symbolisme qui se traduit en idéalisme et un singulier réalisme, qui révèle son engagement politique et ses amitiés italiennes.

Le but de cette contribution est de faire le point sur l’importance du voyage de Montald à Rome pour le développement de sa conscience artistique et politique. Estimé notamment comme «symboliste décoratif» Constant Montald était, en effet, un artiste plus complexe. En interrogeant la correspondance, les dessins et les peintures, on fera une première enquête d’approfondissement sur les liens de l’artistes avec la ville éternelle, avec ses modèles esthétiques et son présent politique.

Elle sera aussi l’occasion pour explorer d’autres faciès du symbolisme belge, peu connu pour ses liens avec l’histoire de l’art ancien et avec l’histoire contemporaine.